CDF1, retour vers le futur

Première version , avant le CDf1 Classic, Hightech ou Pro, et avant la commercialisation sous la marque Micromega.
Une première mondiale, le chargement par le dessus, avec un palet presseur, sur une idée de Daniel Schär, alors associé avec Gilles Milot.

Sorties analogiques ainsi qu’une sortie numérique  coaxiale RCA 75 ohms.

La mécanique CD utilisée est une Philips CDM2/10, haut de gamme de l’époque.
Alimentations indépendantes surpuissantes très soignées  : 3 transfos toriques et batteries de condensateurs en parallèle (8×3300 mf et 12×2200 mf). Une pour la partie digitale, les deux autres pour les canaux gauche et droit de la partie analogique.
Particularité : la partie analogique reste toujours sous tension et n’est pas coupée par l’interrupteur de la face avant.

La puce de conversion PhilipsTDA 1541 est surmontée d’un important radiateur. L’échauffement est conséquent.

Circuits imprimés doubles faces, blindages des parties sensibles, rien n’est laissé au hasard.
L’impédance de sortie analogique est de l’ordre du ohm, circuit inspiré d’une très grande marque d’électroniques américaine.

Le temps aura tout de même eu raison de certaines parties : bandeau des commandes (revêtement trop fin) , collage des capots externes  (chaleur dégagée par la puce de conversion) …
Le voyant « cover », sensé indiquer que le couvercle est à rabattre  avant la lecture restait allumé.
Il a suffit de dévisser légèrement la tige filetée sur le bord avant gauche du couvercle pour que les choses rentrent dans l’ordre.
Le couvercle une fois rabattu déclenche immédiatement la rotation du CD et l’affichage du « Toc », Table Of Content  (nombre de pistes)

Y’ avait-il une télécommande ?
Oui. Nous avons utilisé une télécommande universelle, position CD.
Le code à entrer est 7032.
On a ainsi accès à toutes les fonctions des touches y compris basculement affichage plage-index/durée écoulée, et la touche programmation.
Une ancienne télécommande de CD Philips fonctionne aussi.

L’écoute est très chaleureuse, analogique, les graves très timbrés.
Le chargement par le dessus, la mise en place du palet presseur, on retrouve presque les plaisirs physiques d’une platine vinyle.
L’utilisation en drive avec la sortie digitale sur différents DAC donne aussi d’excellents résultats.

Le manuel utilisateur Micromega

Les autres modèles de la gamme

Bonus : on peut même lire des 45 trs …