Soirée vinyle Origami

4 février 2022.
Villa Carmélie, conservatoire de Saint Brieuc.

Quel plaisir de se retrouver, amis de l’association Jazz Angle, enseignants jazz du conservatoire, élèves, personnel technique et d’accueil, membres du club living-leedh, et Linette et Stuart, nos 2 journalistes de Hifi Pig, encore bretons pour quelques mois et qui ont relaté cette soirée.
En tout une cinquantaine de personnes présentes.

Pour ces retrouvailles, Ludovic et Gilles n’ont pas hésité à se déplacer pour présenter le nouveau système Origami 86th, dont j’ai acquis le deuxième exemplaire commercialisé, mais que je n’envisageais pas d’installer pour cette soirée.
Le programme proposé par Alain et Christian sortait des habitudes tranquilles d’écoutes pour nous emmener dans des chemins de traverse, de quoi solliciter au maximum le système.
C’était là l’occasion de tester la diffusion à partir d’une source analogique sur un système numérique avec entrée optique …

La courroie de la platine Wilson Benesch ayant lâché quelques jours avant, j’ai ressorti l’une de mes premières platines de jeunesse (mes premiers salaires …), une Sanyo TP1000 à entrainement direct, avec un bras Excel Sound (?) (en fin de compte, après quelques recherches, il s’agit d’un bras Lustre)
Pas tourné depuis 45 ans, repartie sans état d’âme.
Le temps de monter une cellule Ortofon 2M Blue et de reprendre les réglages du bras …
Plusieurs essais avaient été effectués la veille pour trouver la meilleure façon de connecter la platine (analogique) au système (numérique).
Avant tout, il faut passer par un ADC (Analogue to Digital Converter). Pour « attaquer » le système Origami il lui faut une sortie optique Toslink.
Nous avons d’abord relié le RIAA Swissonor à un préampli à tube DIY lui-même relié à l’ADC.
Résultats intéressants, en tout cas tout à fait utilisable pour la soirée du lendemain.
Puis, un chemin plus improbable a été tenté : RIAA Swissonor directement relié à l’ADC, dont la sortie optique a été branchée sur l’entrée optique de mon Mac mini, pour passer par le LeedhProcessing (réglage de volume + suréchantillonnage x 4,  soit 192 khz, la sortie de l’ADC étant en 48 khz, norme DVD). Sortie par USB et convertisseur USB/Toslink …
J’entends déjà les cris d’orfraie, les miens en tout cas !
Mais sincèrement, une tuerie. Du vinyle dans toute sa splendeur !
Décision d’utiliser cette configuration pour le lendemain, sans toutefois trop le crier sur les toits, afin de ne pas heurter certaines sensibilités.

Ludovic, très critique sur les défauts du vinyle a changé, semble-t-il, ce soir-là, d’opinion. Ils proposeront dans leur futur nouvel auditorium, aussi, des écoutes de galettes.
Il faut dire que les vinyles d’origine apportés par Alain Loguillard sont toujours dans un état incroyable.
Comment fait-il ? Interrogé, il répond :  rien de particulier !

Petit bémol, toutefois. Le conservatoire fermait ce jour-là à 21h00.
Ce que nous ne savions pas. Et nous nous sommes fait virer, à 21h00 juste pile, alors qu’il nous restait une dizaine de minutes d’écoute pour finir le programme…
Nous n’entendrons pas les 3 dernières plages.
Une certaine vision du Service Public ?

Plus d’infos sur le système 

Le Club des utilisateurs Leedh