Je règle la position de mes enceintes

Article de Dan Bellity du 22/02/1998
 sur Haute-fidélité.net

Si constituer un système de haut niveau est une affaire de pro, le régler et l’optimiser est une tâche à partager entre l’installateur et l’utilisateur! C’est d’expérience que je vous parle.
Animateur d’un magasin de haute fidélité de très haut de gamme dans les années 80, j’avais observé qu’un utilisateur qui n’hésitait pas à mettre les mains dans le moteur, avait plus de chance d’exploiter son système au maximum, bien plus et plus loin que celui qui attend (ou qui n’attend plus…) la visite de son revendeur quand ça ne marche pas… Certes, l’installateur a des devoirs mais l’utilisateur seul sait ce qu’il aime entendre et, mettre la main à la pâte, est la seule solution.

Câblage et contacts Pour commencer, il faut considérer chaque appareil, chaque câble et s’assurer que tous les contacts sont propres.
La meilleur solution consiste à tout débrancher non sans avoir pris des notes sur la destination de chaque câble si l’on est pas sûr de savoir comment rebrancher. Puis, munissez-vous d’un chiffon propre et assez fin car il faudra qu’il aille se glisser à l’intérieur des prises mâles de chaque cordon.
Bannir les produits de nettoyage gras comme les huiles de contact que l’on trouve en spray.
Ces huiles n’ont aucune stabilité dans le temps et après quelques dizaines d’heures, elles ont séché et le résultat est une catastrophe : Un contact propre et sec est la meilleure solution.
Le produit de nettoyage doit donc être dégraissant et ne laisser aucun dépôt après séchage.
L’alcool est la solution la plus simple et la plus économique. L’autre solution est le trichlo épuré (en faisant attention de ne pas en déposer sur certains plastics qui réagissent au trichlo comme les couvercles des platines TD ou les Plexiglas).
Cette opération doit être effectuée de façon religieuse, car elle est fondamentale! Tous les appareils et câbles doivent êtres débranchés du secteur. Bien nettoyer les prises mâles (sur les cordons et câbles) et des prises femelles (sur les appareils).
Tous les contacts doivent être traités, y compris les bornes Haut Parleur et les câbles qui s’y connectent.

ATTENTION : Il ne faut plus poser les doigts sur les contacts sous peine de devoir recommencer…

Le passage de chaque câble doit être bien choisi. Essayer de faire courir les câbles de mêmes genres les uns avec les autres : les câbles secteurs avec les câbles secteurs, modulations avec modulations et Haut Parleur avec Haut Parleur.
Au besoin, utilisez de petits colliers en plastiques pour que tout soit aussi propre que possible.

Supports et pointes Les supports sur lesquels seront posés les appareils auront une influence non négligeable sur le résultat final. Bien sur, ces supports doivent être stables et rigides.
Évitez de mettre tout sur pointes : Les pointes sont à utiliser avec prudence, elles peuvent amaigrir le résultat à l’extrême et donner un son inconsistant, désincarné.
Idem pour les enceintes, qui même si elles sont livrées avec des inserts et des pointes, n’en ont pas toujours besoin….
De toutes façons, attendre d’avoir trouvé leur place dans la pièce d’écoute pour essayer les pointes.

Placement des enceintes Il ne sert à rien d’essayer de régler son système immédiatement après avoir branché les appareils. Il faut un temps de chauffe qui peut varier de quelques heures à 1 jour ou 2 !

La salle d’écoute est le maillon “zéro” de la chaîne haute fidélité.
De ses dimensions et de sa couleur sonore dépendra le résultat final. Il n’existe pas de pièce d’écoute qui ne soit exploitable, seulement, certaines demandent plus de recherche que d’autres.
Il est des règles intuitives qui conduisent au premier placement. Les quelques formules “mathématiques” qui circulent ne valent que dans des cas très particuliers.
Les murs sont à la fois amis et ennemis : Sans eux, la pièce d’écoute devient chambre sourde, avec eux elle devient caisse de résonance. Le mieux est d’essayer de mettre autant d’espace que possible entre eux et vos enceintes, dans la mesure du possible.
La règle des trois tiers est l’une des plus efficaces, elle consiste à positionner, dans le sens de la longueur, les enceintes à un tiers du mur arrière, l’auditeur à deux tiers.Dantapis2 La distance ainsi établie entre l’auditeur et les enceintes sera la même que celle qui sépare les deux enceintes l’une de l’autre.
Une fois ces repères pris, on peut reculer la position d’écoute, la position des enceintes ou les deux à la fois pour une meilleure perception de l’image sonore en trois dimensions. Toutes ces règles, n’en sont pas… elles ne sont qu’un point de départ toutefois, il est quelques pièges dans lesquels il ne faut pas tomber :

DanMauvais1Des enceintes trop écartées l’une de l’autre donnent l’impression que chaque enceinte joue seule,

DanMauvais2

Des enceintes trop dirigées (dites croisées) vers l’intérieur peuvent provoquer une image sonore trop bombée même s’il n’y a plus de « trou » au centre de l’image sonore,

DanMauvais3Des enceintes trop près l’une de l’autre peuvent donner l’impression d’écouter dans un couloir,

 

DanBonDepartVoici un bon départ. L’image manque encore un peu de hauteur et de relief mais les source sonore semble ponctuelles, les chanteurs sont très ponctuels et leurs bouche ne semble pas faire 50 cm de diamètre.

Après avoir cherché le bon écartement et la bonne focalisation, (en dirigeant les enceintes vers l’auditeur) lorsqu’enfin, l’image vous semble d’une bonne largeur et à bonne hauteur (hauteur d’homme ) il reste à la « ponctualiser ». Dan reglageUn peu à la manière d’un télémètre a coïncidence (deux images qui finissent par se superposer parfaitement) sur un appareil photo il faut déplacer les enceintes d’avant en arrière l’une après l’autre jusqu’à l’obtention d’une image sonore ponctuelle.

Si les sons vous semblent manquer de densité (représentation impalpable de l’instrument ou de la voix ou encore manque d’impact) rapprocher les enceintes l’une de l’autre (axe horizontal). Pour cette opération, il faut un CD sur lequel est enregistré une source (voix, instrument unique, etc) ponctuelle dont on sait (ou on imagine) qu’elle a été voulue “plein centre” par l’ingénieur du son qui réalisa l’enregistrement.

Chacun possède un tel disque dans sa discothèque sinon demander à votre revendeur préféré lequel il utilise.
J’utilise, entre autre, un disque de Suzanne Vega, « Solitude standing« , la première chanson, mais il y a d’autres méthodes, un trio à cordes dont on connait la position lorsqu’il est en représentation publique ou encore un trio de jazz. En général, les ingénieurs du son préservent la disposition de la formation qui joue.

ATTENTION : ce réglage est très fin, chaque déplacement peut être de l’ordre de 5 cm au départ pour finir au millimètre…
De cette précision dépendra la profondeur de votre image sonore la ponctualité des sources et la densité de chaque son.
Si le réglage est parfaitement réussi, vous ne devez faire aucun effort pour localiser chaque instrument ou groupe d’instrument de l’orchestre, vous ne devez jamais avoir l’impression que le son sort des enceintes (chercher l’impression d’enceintes muettes) et vous devez même avoir des perceptions d’informations sonores à droite de l’enceinte droite et à gauche de l’enceinte gauche.

DanParfaitEnfin, si le réglage est parfait vous devez obtenir une représentation parfaitement holographique (3D) de l’image sonore. À cet instant, l’enceinte droite et l’enceinte gauche peuvent ne pas être à égale distance du mur arrière, de même que les enceintes peuvent être à des distances différentes des murs latéraux.
Un tel résultat est le fruit de nombreuses heures d’essais que votre revendeur n’a matériellement pas le temps d’effectuer. C’est normal !
Il faut donc se prendre en charge soi même et apprendre à sentir et comprendre son système.
De cette compréhension, naîtra un jugement plus rapide sur de nouveaux maillons essayés dans cette installation : câbles, sources, amplis.

Revenons un instant aux pointes et cônes, c’est maintenant qu’il faut les essayer en respectant les positions trouvées pour chaque enceinte. Si les pointes améliorent le résultat déjà obtenu après réglage (grave plus propre, meilleure précision sans déstructurer le message sonore), vous pouvez, après avoir soigneusement noté la position des enceintes (par un peu de scotch collé au sol) de peaufiner la position des enceintes. Idem pour les cônes ou dé-coupleurs mis sous les appareils.

IL FAUT ABSOLUMENT refaire des écoutes après chaque modification apportée au système, aussi minime soit-elle.

Complément par Chet :

J’ai expérimenté une méthode pour démarrer ce positionnement précis des enceintes. Je me suis dit : La scène , l’image 3D… c’est quand le signal arrive au point d’écoute parfaitement en phase.

dephasageQuoi de mieux que le registre grave pour régler la phase ?

Donc, cherchons l’optimum de grave au point d’écoute. J’ai commencé avec de l’orgue. Mais pas assez ‘modulé’, sous-basse continue ; ça permet une première approche. Puis j’ai affiné avec Pink Floyd : Du grave de grave, il y en a, et modulé.

Pincer, ouvrir, avancer ou reculer les enceinte l’une après l’autre au millimètre, … à chaque fois, se replacer au Sweet Spot. Prévoir du temps !

Voir aussi l’approche Cardas.

 

Un peu de géométrie… : voir page 2

11 réflexions au sujet de « Je règle la position de mes enceintes »

  1. Bonjour,

    A mon avis : première phase, pas de supports, bidouille etc…
    Partir du brut avant d’éventuellement essayer autre chose.
    Le positionnement est extrêmement précis et important , il se joue à quelques mm. Ce qui ne veut pas dire que c’est compliqué.
    Chet a laissé sur le site quelques infos et schémas.
    Il y a 2 écoles : spot serré (1) et spot large, avec des E2 très pincées. (2)
    Dans les 2 cas, l’équidistance enceinte/point d’écoute doit être très rigoureuse, ainsi que les distances entre le mur arrière et le mur de côté.
    1) Point d’écoute au centre : même distance entre gauche et droite. Dégrossir l’angle : on ne doit voir, autant pour la droite que pour la gauche, qu’un seul tube support carbone.
    L’image sera très précise, mais s’il y a un « client » assis plus à gauche ou plus à droite il entendra plus l’enceinte située de son côté.
    2) Spot plus large : choisir le point d’écoute du « client » à droite et celui de gauche.
    Régler la même distance entre poit gauche et enceinte droite et vice-versa. De la place gauche, régler l’angle de façon à ne voir qu’un seul support carbone et vice-versa.
    Dans les 2 cas, mêmes distances murs arrière et côté.
    Les E2 aiment assez à être écartées l’une de l’autre.
    Ensuite écouter, longuement, et peaufiner.
    L’image sonore doit, dans chaque configuration, rester holophonique,sinon, y’a quelque chose qui cloche …
    Cordialement,
    Just LiSten
    PS : nos amis du club vont très certainement apporter rapidement leurs expériences …

  2. super!!!!! les support B1 origine Neodio sont arrives.

    le B1 c est quoi?c est un support en inox en deux parties qui decouple mecaniquement le corps de la tete avec un joint .
    c est un produit qui absorbe les vibrations parasites et qui les dissipe:effet trou noir. j en ai mis un sous la barrette secteur et un sous chaque caisson leedh cote ampli
    resultat:
    une amelioration de la musique,un effet large bande qui enjolive tout le spectre,plus de silence entre les notes,les voix ,les instruments ce qui donnent une sensation de puissance accrue.
    pas de coloration ,ni de signature sonore contrairement aux cables
    le grave du caisson plus en phase avec les leedh

    je dirais en conclusion que les assayer c est les adopter.
    mes compliment Stephane Evens

    1. Galets ? No problem :
      J’utilise un gabarit (longue baguette en bois) au lieu de mesurer avec un mètre. On se fiche de la longueur, l’important c’est l’équidistance.
      Pour gagner en ouverture avec mon canapé 3 places : même distance entre la place droite et l’enceinte gauche et la place gauche et l’enceinte droite (et non pas une mesure par rapport au centre).
      Angle : assis à droite, je ne dois voir qu’une seule tige carbone de l’enceinte gauche, et vice et versa.
      Les E2 sont donc très pincées.
      Restent ensuite les distances des chaque E2 par rapport au mur du fond et aux côtés.
      Et cela fonctionne plutôt bien. Aux 3 places on garde une image cohérente sans entendre plus à droite ou à gauche.

  3. Je reste très réservé sur le conseil d’utiliser, pour nettoyer les contacts, de l’alcool et surtout du trychlo … Le trychlo est un produit très gras (à moins qu’épuré …) de plus très dangereux pour la santé.
    Danger avec ces produits pour les matières isolantes des connecteurs.
    Jean Hiraga conseille tout simplement d’utiliser du papier journal, à sec

    1. je suis entièrement d’accord avec Justlisten
      Eviter tout produit, le plus simple et le moins cher c’est une feuille blanche : Papier d’imprimante, éviter le journal, à cause de l’encre. En résume, simple papier blanc sur tous les contacts l’idéal une fois par mois.

Laisser un commentaire