Forums

Les forums comportant des sujets dédiés à Leedh
N’hésitez-pas à en signaler d’autres

HCFR : « Leedh C & E by Acoustical Beauty », sujet créé par Terminazor, l’un des premiers propriétaires du modèle C.
Plus de 180 pages, forum actif mais parfois « turbulent » …

Forum-Audiophile.fr depuis octobre 2015, le site est Hors Service, le chargement des archives est très long :
Vos impressions nous intéressent : Leedh E en ARCHIVE
Musicalité des Leedh E2, INACCESSIBLE
Votre expérience : Leedh E2 ??, en ARCHIVE
Concept speaker : Leedh et Gilles Milot de retour, en ARCHIVE
Enceintes Leedh E2, INACCESSIBLE
LEEDH : Nouveaux produits et Club Utilisateurs en ARCHIVE

Audio Forum : « Leedh par Acoustical Beauty » : Leedh E2

6 réflexions au sujet de « Forums »

  1. Bonjour les Leedhers 😉

    Par hasard (?), le placement en angle est celui que nous avons mis en place dès le début (je ne pouvais pas vraiment faire autrement à cause de la porte d’entrée du séjour). Cela donne de fait une scène sonore très vaste.
    Coupelle ou supports, quand on y est habitué, c’est difficile. Gérard parle nous de l’effet des absorbeurs que tu as essayé sous les Leedh : j’ai immédiatement testé.
    Je n’ai qu’une légère réserve que l’introduction d’un filtre dans le grave devrait totalement résoudre.
    Quand au caisson, tu seras surpris de l’effet. Même si tu as un très bon son, il en sera grandi en veillant toutefois à sa mise en œuvre : je ne peux plus m’en passer car son impact dépasse largement les graves pour donner encore plus de richesse et de volume à la scène sonore.
    J’espère croiser Edgar à Munich autour d’un café :)) ou d’une bière…

    Gilles

    1. Effets des absorbeurs sur les leedhE2:
      j ai place ces 3 bolides en tripode ,un devant deux derriere.
      Ca fortifie les leedhE2,fait resortir le medium ,aigu,le grave est un peu plus rond,il a perdu tres legerement en dynamique.
      l ecartement des enceintes est actuellement de 3 metres environ.
      j ecoute d assez loin a 6 metres50 j ai l impression que je me suis approche de la scene sonore.
      l apport de ces supports ne peut etre que positif .
      je monte au salon de Munich,ma chere epouse m offre le voyage.
      je prendrais quelque photos,
      je vous dit a bientot chers leedhistes
      Gege

      1. Bonsoir Gérard,

        Aussitôt après en avoir discuté, j’ai suivi ton exemple avec un placement différent : 2 à l’avant et 1 à l’arrière :p
        Le verbe fortifier convient tout à fait : j’ai eu l’impression à volume réaliste d’avoir des enceintes de 150 kilos (rondouillardes) et non pas de 12 kilos.
        L’autre effet remarquable est la perception renforcée de certains sons (sous-harmoniques ?). Globalement le son devient très addictif plus dense. A plus faible volume il y a une perte de dynamisme mais pas du détail.

        Il faudra voir ce que cela peut donner avec un limiteur de fréquences dans le grave : Il devrait faire disparaître les tendances à la rondeur (voire plus sur certains morceaux) mais cela pourrait aussi modifier la perception du médium et des aigus.
        Gilles

  2. Bonjour,

    J’avais promis de parler des E2.
    Mais il faut d’abord dire quelques mots sur leur mise en oeuvre, indissociable.

    Comme je m’y attendais, la venue chez moi de monsieur Milot le concepteur des Leedh E2 a été particulièrement enrichissante.
    Pourtant surpris qu’il soit venu sans son caisson, occasion d’une comparaison donc avec mon Velodyne DD10+ , j’ai compris qu’il avait le projet du respect simple du programme prévu : mettre en œuvre les E2.
    Et si j’espérais bien des progrès par rapport à la disposition initiale que j’avais adoptée comme pour des enceintes traditionnelles, je ne me doutais pas que Gilles Milot allait transfigurer les écoutes sur les E2.
    Ça c’est opéré en trois actes.
    1) Après une première écoute à niveau modéré de l’ensemble « dans son jus », c’est à dire avec disposé selon mes intuitions, Gilles Milot me demande comment j’aime écouter et, si c’est mon choix d’avoir une écoute intimiste. Non, pourquoi cette question ? Comme tout le monde, j’aime particulièrement le réalisme des instruments et j’essaye de retrouver la sonorité de ceux présent à la maison (piano, guitare, saxo). Jusqu’ici j’avais souvent pensé qu’avec les Leedh, il suffisait d’augmenter le volume pour se rapprocher de la scène et gagner des rangs dans la salle de concert sans que cela devienne assourdissant, une de leur qualité première. Donc, il était logique qu’à faible volume, on se sente assez loin. Pourtant, à sa question je commence à comprendre qu’il y a autre chose à découvrir.
    Alors il me dit « nous allons tester plusieurs positionnements et vous me décrirez vos sensations et vos préférences ».
    2) On commence alors par rapprocher les enceintes des murs latéraux alors que j’avais initialement établi un triangle équilatéral avec le point d’écoute où les enceintes se trouvaient à plus d’un mètre vingt de tous les murs.
    On se met ensuite à tout mesurer consciencieusement au millimètre y compris, bien sur, les angulations et pincements. Puis écoute.
    D’un seul coup, le gain en présence a été spectaculaire, pas seulement plus de volume, mais surtout plus de matière, avec plus de tout et surtout de musique, et ça je m’y attendais pas à ce point.
    Mais, et c’est là ma surprise, non seulement l’image tridimensionnelle ne s’est pas trouvée affaiblie mais au contraire elle a gagné en profondeur. On avait obtenu une meilleure spatialisation toujours sans projection.
    M…., avec mes idées préconçues, j’ai failli passer à côté de ça !! J’avais juste oublié que « l’holophonie » est une des caractéristiques des Leedh, quelle que soit leur situation. C’est pourtant pas dur de s’en souvenir puisque j’ai des Aura de la même marque et c’est même la dernière lettre de la marque.

    3) Bref, à peine remis du choc, on a reculées les E2, vers le mur du fond cette fois.
    A l’écoute, nous avons noté, avec mon copain de Rouen, qui était descendu pour l’occasion, encore une amélioration et en particulier dans le bas médium.
    On peut donc réellement et significativement régler la balance tonale des E2 en les déplaçant sans altérer l’image et la profondeur.
    Et tout cela sans mon « excellent » (je crois) caisson Velodyne qu’on avait éteint, sur demande de Gilles !!
    Je craignais une petite perte dans la définition toujours incroyable (c’est une autre caractéristique reconnue des E2), mais on a eu un gain dans les timbres. Surprenant.
    Je ne savais pas qu’on pouvait gagner dans un domaine sans perdre dans l’autre. Ces enceintes ont le talent de repousser les compromis courants.
    J’ai donc découvert que les E2 étaient de vrais caméléons qui s’adaptent aux préférences et à la pièce. Et ça je l’ai compris grâce aux explications de Gilles qui n’en est pas à sa première installation. Il vous donne tout et vous apprend à faire les réglages pour prendre autonomie.

    Ces enceintes ont un potentiel que je ne soupçonnais pas. J’étais jusque là ébloui par leur précision, vitesse, réalisme, image et transparence. J’ai découvert qu’elle pouvait amener aussi force et chaleur quand elle sont bien réglées, et les possibilités sont nombreuses, tout en se fondant dans un intérieur, en s’effaçant au sens audio comme visuel, en prenant une place plus discrète près des murs qu’au milieu d’un salon.

    Merci pour vos commentaires et impressions sur la mise en oeuvre car j’ai l’impression qu’il existe bien d’autres possibilités.

    La prochaine fois je vous parlerai d’un autre effet kiss cool, que détient monsieur Milot et qu’il vous fait découvrir si l’on insiste un tout petit peu.

    Bien à vous

    Stéphane

    1. Bonjour à tous,

      Ton expérience Stéphane ressemble beaucoup à la mienne.
      Comme chez toi, lors de mon installation, avec Gilles, on était parti d’un placement des E2 relativement éloignées des murs. Gilles avait noté un manque d’assise dans le grave et un manque de profondeur. On a ensuite rapproché les E2 à moins d’un mètre, des murs latéraux et du mur du fond pour trouver l’idéal d’équilibre dans la spatialisation et le grave. Cela m’a permis en plus de dégager l’espace pour le cinéma. Ensuite, on insistera jamais assez sur le rôle de l’acoustique de la pièce. Je n’avais pas enlevé mes coupelles ASI depuis les E2, je me suis dit que vu la qualité d’image des E2, peut être que les coupelles n’étaient plus nécessaire ?
      J’ai les ai donc toutes enlevées ….
      Un morceau m’a suffit pour vouloir les remettre. Tout me semblait redescendre à plat, avec plus de perception de l’origine des enceintes. Je ne sais pas si c’est une question d’habitude ou de particularité à ma pièce, mais pour moi ce traitement acoustique accompagne divinement les E2.
      Ensuite les améliorations de mise en oeuvre de mon D800, me permettent de gagner encore en réalisme, jusqu’à me demander ce qu’apporterait encore le caisson 20.1 ?
      Peut être encore un plus de fluidité et d’air, pour s’y croire encore plus …
      Bien à vous et bon salon, pour ceux qui ont la chance d’y aller.
      Je vous conseille de demander à Edgard ce qu’il pense des coupelles.
      Patrick

Laisser un commentaire