Je traite l’acoustique de ma pièce

Préambule à la réalisation chez Chet :

La décision de procéder au traitement acoustique m’est venue après quelques semaines d’écoutes avec les LEEDH E2 : Le potentiel de ces enceintes mérite de les mettre dans les meilleures conditions pour profiter de leurs qualités.
Je vais rapidement m’apercevoir qu’il est même prioritaire d’optimiser cette partie, notamment avant le choix des câbles.

Chaine3
AVANT
EnsembleDOC
APRES

L’espace d’écoute est le salon ; ce n’est pas une pièce totalement dédiée. A droite de l’enceinte de droite, un escalier en métal… Je vais y revenir.
Cette espace, extension de la maison d’origine, est en surplomb de la salle à manger/cuisine derrière le canapé « d’écoute ».
Il y a donc environ 3,60 mètres derrière les oreilles de l’auditeur avant le mur arrière, qu’il me semble donc inutile de traiter.
L’espace d’écoute fait 18m2. Voici donc, dans mon cas, comment j’ai procédé, mais il n’y a pas 2 pièces semblables.

En action :
  • Pister et chasser les vibrations parasites même si elles semblent inaudibles : luminaire (contact métal-verre, à séparer par des petites lamelles en caoutchouc), bibelots, bouteilles et verres dans le bar (pas de contacts entre eux, à poser sur feutrine). Même si ça semble anodin, un bibelot peut résonner à une fréquence précise. Un vase vide peut être partiellement rempli de mousse dense pour l’amortir. De la feutrine autocollante peut être mise sous les bibelots.
  • Gros boulot mais grosse source de résonances et vibrations parasites  : Plaque bitumeL’escalier en métal est bitumé marche/marche avec des plaques comme dans les portières de voitures, modèle le plus épais possible (ATTENTION, il y a des bitumes qui gardent une odeur pénible) collés en chauffant le métal au sèche-cheveux et appliqué à la roulette + sèche-cheveux, pourEscalierDOC une bonne adhérence, puis mousse d’emballage assez dense et ferme (trouvé dans les poubelles de mon boulot !) collée légèrement à la néoprène par dessus le bitume.
  • Murs d’origine en placo BA13 collé sur parpaings : jointfenetrePour amoindrir l’effet « peau de tambour », j’ai profité d’une lourde marqueterie décorative accrochée tel un tableau, en mettant un joint d’isolation de fenêtres sur la longueur où elle repose pour profiter ainsi de son inertie en portant sur le mur, malgré les fils tendus descendant des cimaises (voir ci-dessous).
    Une autre astuce consiste à avoir des meuble dont les pieds avant sont surélevés légèrement, afin que leur dos repose sur le placo.
  • Traiter les échos avec des produits tels que st 415 M1 CoulisseDoctout en haut du mur sur un côté de la pièce (celle face à la baie vitrée dans mon cas).l-anti-flutter-st415-m1FKC
  • Toujours à l’angle plafond mur au dessus diffracteur-st608-m1du canapé d’écoute où j’ai un linteau lié à la pose d’un IPN : Usage de 3 diffracteurs ST608-M1. Pour éviter des marques au mur, un petit morceau de tissus plucheux est maintenu au mur par deux simples épingles (enfoncées en biais en sens opposé, pour CanapFeutremieux résister à la traction lors des essais et de l’alignement) .
    En haut des dalles, petits rectangles de moquette bouclée pour que l’accroche au Velcro tienne bien. Ainsi, il est facile de parfaitement aligner les dalles, le bas étant plus facile à décrocher que le haut.CanapMoquetteBouclee
    Au verso des dalles, j’ai collé du Velcro qui ainsi vient s’accrocher.Canap fixations2   Canap
  • Au plafond, usage à 20 cm des angles de 4 MARIGO – VTS SUPERDOTS, pour amortir l’effet de « peau de tambour ».
  • Evidement, tapis épais au sol. On peut doubler le tapis avec de la thibaude pour augmenter son effet absorbant.
  • La baie est occultée avec des stores en bois de type vénitien.
    Store
    VENITIEN

    Je n’ai pas essayé les modèles verticaux genre californien…

    CALIFORNIEN
  • Puis, tuning de la phase
    Basotecweb
    Dalles BASOTEC

    absorption, tout d’abord avec un « coussin » réalisé avec une dalle Basotec , entouré de thibaude , l’ensemble entouré d’un tissus acoustique beige (accessoires pour enceintes). Thibaude et tissus acoustique sont maintenus par des agrafes longues encollées à la cyanolit et enfoncées dans la dalle. Ce coussin est disposé au sol, dans l’angle.DroitebasstrapDOC

  • Au dessus, des PyT Modèle SMAD qui existent en 9mm ou 17mm. On peut échanger via le site avec Thibault. Pour éviter les trous au mur, j’ai posé des cimaises avec des fils perlon pour tester en les promenant le long du mur derriére les enceintes. AccrochPyTWEBLa disposition est aussi parfaitement réglable en hauteur grâce aux crochets vissants. Choisir les plus petits crochets possible.
    EssaiBASSTRAPweb
    ESSAI… Peu probant !

    J’ai ainsi fait  des « bass trap » dans les angles derrière les LEEDH. Après quelques essais infructueux, comme cette tentative d’accrochage « en diagonale », DroiteBASSTRAPWebj’en suis arrivé à retenir un accrochage de dalles, en 17mm d’épaisseur.

    Une tentative en montant plus haut que la hauteur des LEEDH détériore l’aspect vivant de la musique. Point trop n’en faut ! En fait, absorber à ces endroits enrichi le niveau du grave en supprimant le retour d’échos hors phase, et améliore l’intelligibilité. L’efficacité est remarquable, surtout lorsque l’on n’oublie pas le côté ouvert du meuble, toujours en SMAD 17mm.DroiteMeubleHifi1DOCLe plenum (espace entre l’absorbeur et le mur) doit être assez important pour traiter les fréquences graves.PriseWEB Pour continuer de profiter du secteur placé derrière un SMAD, j’ai trouvé une prise plate.

  • Toujours avec les absorbeurs, j’ai disposé 4 dalles en noir sous la baie, au niveau de l’enceinte. Le plenum est de 2 à 3 cm réalisé avec quelques plots en mousse sur lesquels sont collés du Velcro. Le verso des PyT accrochent parfaitement au Velcro :BaieAbsorptionDOC
  • Côté auditeur, j’ai disposé 3 dalles SMAD  : 2 en 17mm et 1 en 9mm sur l’autre angle du mur. Le dos des PyT ont un trou d’accroche et une simple aiguille plantée en biais au mur suffit.PyTCanapDoc

 

  • Passons à la diffusion : Entre les enceintes, différents
    DiffuseurEssaiThomannWEB
    Accentuation du haut medium… Pas retenu !

    produits ont été tentés, dont des diffuseurs trouvés chez Thomann (mais qui ne sont plus commercialisés). La scène gagne en ampleur et en focalisation, mais avec un haut médium trop accentué . L’usage de cimaises a été fort utile, car la disposition du diffuseur en hauteur se ressent.

 

  • A nouveau, je me suis tourné vers PyT qui m’a prêté un prototype de SPAD, diffuseur poly cylindrique, avec lequel j’ai affiné mes tests Diffuseur centre ESSAIWEBen bricolant une fixation avec du Velcro et des pinces !

A l’écoute, le principe poly cylindrique est plus homogène sur l’ensemble de la bande passante. Retenu donc, mais en beige à cet endroit !

 

  • j’ai ajusté avec alternance absorbeur-diffuseur-absorbeur pour focaliser la scène tout en évitant un haut medium agressif.  DiffCentreDOCAfin d’avoir un plénum faible (absorption ciblée sur le haut medium), j’ai choisi des SMAD en 9mm, fixé sans crochet pour être au plus proche du mur. Le diffuseur est plaqué avec une aiguille.DosAbsorbCentreDOC  EpingleDiffDOCLes absorbeurs sont maintenus au diffuseur par des bandes de Velcro
  • gauche, sous la baie, à la limite de la 1ére réflexion, légèrement décalés vers le point d’écoute : BaieGaucheDOCJ’ai mis 2 diffuseurs l’un au-dessus de l’autre.  L’enceinte de droite étant à 1,50m du mur latéral, je n’y ai pas utilisé de diffusion ni d’absorption. J’ai été surpris de constater qu’ainsi, ça ne décale pas l’image qui reste centrée, mais avec une meilleur intelligibilité et plus de présence.
Précautions :

Aucun des produits utilisés ne doit être peint. Attention donc aux couleurs d’origine, dont le gris « sale » !
Les produits STxxxM1 sont fragiles et marquent facilement à la pression.

Ce type de chantier prend du temps. A chaque nouvel essai (arrivage de dalles, positionnements changés,…) il faut se mettre dans un contexte d’écoute relax, sur différents types de musiques et d’enregistrements, sans analyser durant quelques jours.
Puis faire « retour situation précédente ».
Le résultat est bon lorsque l’on perçoit facilement les différentes salles et studios d’un enregistrement à l’autre : La pièce d’écoute s’efface au profit du message sonore enregistré, dont l’ambiance de sa prise de son. On change de lieu quand on change de disque !

Il ne faut pas mettre trop : J’ai tenté des bass trap allant quasiment jusqu’au plafond. PAS BON !
Quelques week end pluvieux à s’occuper. Mais c’est passionnant car on peut vraiment, à quelques centimètres près, obtenir un équilibre révélant des qualités insoupçonnées à ses équipements.

A l’issue de cette expérience, j’ai la certitude qu’il ne faut pas « charger » en absorbeurs, sous peine de tuer le côté vivant de la musique : Ne pas prendre modèle sur les traitements de type Home Cinema pour salle dédiée.

Pour la musique chez soi, il semble qu’un RT60 entre 0.4 et 0.6 et régulier soit bon. En dessous, on gagne en détail mais l’écoute devient fatigante.
Cette réalisation à donc été faite « à l’oreille » ; voici la mesure captée après :CourbeRT60

Mais encore ?

Mais pourquoi tant d’efforts, alors qu’une solution active, un micro, et zzzzou ?
Parce que j’ai du mal à comprendre comment on peut passer tant d’attention à choisir et soigner les sources, câbles, électroniques, et autres tweaks pour être au plus proche du « fil avec du gain », graal des audiophiles, puis… compenser les défauts d’une pièce en manipulant cette source sonore pour modifier le signal transmis par les enceintes.
Cela revient à ne plus maitriser cette recherche du « fil avec du gain », et à dégrader la source pour corriger un défaut qui lui est parfaitement extérieur : La pièce d’écoute. 
Traitons les défauts à leur origine pour éviter, tant que possible, la correction active (qui ne peut tout résoudre)… J’ai un WAF tolérant !

Evidemment, prendre des mesures durant les tests doit permettre d’exécuter plus vite et plus sûrement.  A refaire, je m’équiperais avant de débuter, pour moins tâtonner : Il existe des produits gratuits sur Mac ou PC. Juste le prix d’un micro à ajouter.
Des informations peuvent être trouvées sur logopour les matériels et logiciels, et leur utilisation.
Mais au final, c’est plus le plaisir d’écoute que la courbe idéale qu’il faut retenir.

Autre bénéfice hors considération hifiste : L’ambiance de cette pièce à vivre est plus relaxante.

Autres mesures réalisées après ce traitement ; encore quelques réglages à tenter pour optimiser, tout en restant compatible avec l’esthétique d’une pièce à vivre : Depuis cette mesure, les enceintes ont été repositionnées. L’acoustique ayant été modifiée il faut revoir leur positionnement.Courbe2

CourbeWaterfallChet

Mesures réalisées avec le logiciel REW et micro UMIK-1. Merci à pda0.

Ici, bientôt, les autres astuces des contributeurs du Club… Ça c’est  LivingClubSign !